L'illustre famille de Créquy

Retour au sommaire        

Actualités des Créquy

Présentation

12/02/2009 09:47

 

Alexandri: poète de la cour des Créquy

 

 

            Ly barons descendirent trestous comunamment,

            Puis montent au palais qui reluist clerement,

            Le pape leur donna moult honorablement

            Sainte absolution et pardon plainement ;

            Là fust la court plénière et joieuse encément

            Ung mois y séjournèrent et amis et parent.

            Le roi Anthoine print congié premièrement,

            Brice mene avec lui et sa femme encément.

            Henri morut dans Rome, et puis finalement

            De douil morut sa femme assez prochainement ;

            Ains au moustier Saint-Pierre furent certainement

            Tous les deux enterrés moult solempnellement,

            La messe leur chanta l'apostole (le pape) Clément,

            Et Martin le gentil s'en alla vitement

            Vers la schité de Tours ou tout piusement

            Dedans une forest qui vers Touraine appent,

            Fut hermite longtems, puis morut doucement,

            Fut Martin archeveque de Tours parfaitement.

            Le roman ne fait plus icy racontement ;

            Qui plus en veult sçavoir à Rome droitement

            S'en aille en droit chemin, sans nul fourvoiement

            Car tout la légende, fin et commencement

            Y trouvera sans faille ot la vie encement

            Du benoit Saint Martin que Dieu aima forment :

            Cy endroit fineray mon livre bel et gent.

            Il est temps que d'un autre face racontement.

            Cet extrait de la chanson d'Hélène illustre parfaitement l'existence d'Alexandri, littérateur à la solde de Jean de Créquy et surtout de Louise de la Tour. Il nous introduit aussi dans les goûts littéraires de la famille, assez portée, entre autres, sur les romans de chevalerie.