L'illustre famille de Créquy

Retour au sommaire        

Actualités des Créquy

Présentation

20/10/2007 16:01

Les Créquy-Frohans

XII.- Hector de Créquy, fils de Charles de Créquy et de Jeanne de Vroland. Il hérita de la vicomté de Houlle et des terres de Rouvrel, Frohans et de Miannay en partie, à quoi s'ajoutaient quelques fiefs et maisons sis à Abbeville.

  La généalogie de Créquy, par Coloma, dit qu'Hector de Créquy "par sa mauvaise conduite" avait vendu les terres de Houlles, de Raventun et des Trois Marquais et était devenu "tellement obéré qu'il fallut encore, après" sa mort, aliéner celles de Biencourt, de Lambercourt et "de Miannay", mais elle ne parle plus de la seigneurie de la Cressonnière et aucun des descendants qu'il laissa de ses trois mariages (les deux enfants qu'il laissa du second mariage sont décédés en bas âge) n'en porte le titre.

Hector servit en France, auprès du Duc d'Anjou, François, dont il fut le premier écuyer (1584). Son épouse fut dame d'honneur de la reine Anne d'Autriche, épouse de Louis XIII (brevet du 21 avril 1617). Hector mourut le 2 février de l'an 1626.

Il épousa:

1°) le 16 juillet 1593 Louise Vandorps, fille d'Arnoul, amiral de Hollande et premier gouverneur du Brésil

2°)       par contrat du 6 février 1601 passé à Arras Françoise de Licques la Cressonière, fille de Jacques de Licques, seigneur de la Cressonière er de Marie D'Innezelle. Le mariage religieux fut célébré le lendemain en la paroisse de Saint-Jean en Ronville (PDC, 12 J 231).  

 Un fils légitime (de sa seconde épouse):

  1. Adrien de Créquy-Frohans, qui suit

 

Enfants naturels ( de Marie de Rohan, cousine de sa première épouse)

  1. Antoine de Créquy, seigneur de Raventhun, qui suit

  2. N. de Créquy, seigneur de Bellavesne, qui suit

  3. une fille  

 XIII.- Adrien de Créquy, vicomte de Houlle, baron de Frohans, seigneur de Rouverel, Miannay, Lambercourt, Trois-Marquets. Il fut tué en 1654.

 Il épousa:  

  1. par contrat du 30 novembre 1621, Charlotte de Monchy, fille de François, seigneur de Longval et de Claude de Créquy, dame de Buire et de Biencourt

  2. en 1634, Andrée-Jeanne d'Ostrel, morte en couches

  3. en 1637, Jeanne-Lamberte de Lannoy, fille d'Adrien, seigneur d'Esplechin et Marie du Châtel-Louvardrie, veuve de Jean de Créquy, seigneur de Hesmond-Wicquinghem.

 Enfants:

(du premier mariage)

  1. François de Créquy, qui suit

  2. Charles de Créquy, tué dans un combat près de Béthune, mort sans alliances, inhumé à Saint-Barthélémy

 (du troisième mariage)  

  1. Florent-François de Créquy, capitaine au régiment du Roi, tué à la bataille de Senef, en 1674

  2. Antoine-François de Créquy, capitaine au régiment du roi, mort de blessures reçues à la bataille de Senef, en 1674

  3. Marie de Créquy, mariée à Eugène de Noyelles, marquis de Lisbourg, inhumée aux Cordeliers de Mailly

  4. Marie-Claire de Créquy, mariée à Guy de Chabot, comte de Jarnac. Elle dame d'honneur de Louise d'Orléans-Montpensier et mourut au Palais de Luxembourg en 16.. . ELle fut inhumée aux Célestins de Paris dans le cavau d'Orléans.

 XIV.- François de Créquy, baron de Frohans, né en 1622. Il épousa:

1°)        en 1642, Louise-Elisabeth de Sailly, fille de Paul et de Louise de Ghistelles, dame de Stienbecq, Hédouville

2°)        en 1653, Bonne de Créquy, sa cousine issue germaine, fille de Charles de Créquy, vicomte de Langle et de Catherine d'Ostrel.

 Enfants: (du premier mariage)

  1.  Jérôme de Créquy, marquis de Stiembecq. Il mourut, l'an 1675, dans un engagement près de Tournai alors qu'il commandait un détachement. Il fut percé de dix-sept coups d'épée.

  2. Adriane-Elisabeth de Créquy, mariée le 13 avril 1679 à Aymar-Louis de Sailly, morte le 23 mai de la même année

  3. Louise de Créquy, morte sans alliance

  4. Charlotte de Créquy, héritière de Hédouvillle, baronne d'Estiembecque et de Rossignol, comtesse de Douriez. Elle épousa le 3 juin 1691 Aymar-Louis de Sailly, veuf de sa soeur. La terre de Douriez lui fut adjugée le 26 juillet 1709 à l'issue d'un long procès. Elle mourut le 2 janvier 1715.

(du second mariage)

  1. François-Léonor de Créquy-Frohans, qui suit

  2. François de Créquy, lieutenant dans le régiment de Sailly, tué en Piémont le 7 août 1690

  3. N. de Créquy, mort jeune

  4. N. de Créquy, mort jeune

  5. Catherine-Jeanne de Créquy, mariée à Robert de Créquy, seigneur de Vaugicourt, son cousin.  

XV.-  François-Léonor de Créquy, baron de Frohans, mourut le 30 octobre 1721. Il épousa, par contrat du 14 janvier 1695, Marie-Antoinette de Schouteeten, dame de Robermez et d'Ardennes.

Enfants:

  1. Marie-Antoinette-Léonore, née le 21 novembre 1698,  mariée par contrat du 19 décembre 1721, à François Perrot, dit le Marquis de Fercourt, décédée le 12 novembre 1711

  2. Jean-Antoine de Créquy, né le 9 novembre 1699 qui suit  

  3. Marie Madeleine, née le 13 février 1701

  4. Hugues-Louis de Créquy, comte de Canaples,qui suit. -           

  5. Louis de Créquy

  6. Charles-François de Créquy

  7. Marie Françoise

Sépultures

 XVI.- Jean-Antoine de Créquy, comte de Canaples. Il épousa, en 1729, Charlotte de Rohan, née le 30 décembre 1680, fille de Charles de Rohan et de Charlotte-Elisabeth de Cochefilet, veuve d'Antoine-François-Gaspard de Colins. Elle mourut le 20 septembre 1733. Jean Antoine, qui vécut un temps à Orville, à la limite de l'Artois et de la Picardie, mourut à Frohen-le-Grand le 15 décembre 1762 et fut inhumé dans l'église.

             Le comte de Canaples donnait apparemment dans l'originalité, du moins si l'on en croit les souvenirs apocryphes de la Marquise de Créquy.

  XVI.-Hugues-Louis de Créquy

            Hugues-Louis de Créquy, dit le Barbu, comte de Canaples après son frère, était lui aussi un esprit original. Il habita à Orville, le chef-lieu du fief de Rigauville, puis s'établit par la suite au château de Caumesnil, parce qu'il avait trouvé la première demeure trop exiguë. Le Dictionnaire historique et archéologique, sous la plume de Cavrois-Lantoine, rapporte l'anecdote suivante: il fit réponse un jour à quelqu'un qui lui demandait pourquoi il restait célibataire  qu'il attendait qu'on vînt le demander en mariage. Cette opportunité se présenta puisqu'il aurait accepté la main de Marie de Comerford, une jeune Irlandaise qui lui servait de servante. En 1785, elle l'empoisonna, avant de s'enfuir dans son pays natal, avec toutes ses richesses. Le comte de Créquy-Canaples s'était autrement distingué en adressant une requête, en 1768, au curé d'Orville pour lui demander de ne pas le nommer aux prières publiques de l'église parce que "la prière est un acte de rébellion contre la divinité". Il faisant montre ainsi d'esprit voltairien, abandonnant la  foi de ses ancêtres pour un vague déisme, qui devait lui attirer la considération du grand Voltaire.