L'illustre famille de Créquy

Retour au sommaire        

Actualités des Créquy

Présentation

20/10/2007 16:00

Les Créquy-Saucourt

XIII.- Pierre de Créquy

            Pierre de Créquy, seigneur de Saucourt en 1624,  puis des Alleux. Il fut allié  à une Marie Baillet, une paysanne, qu'il épousa peut-être le 15 mars 1623. La généalogie BL  21439   prétend qu'il ne fut pas marié et que ses enfants furent considérés comme naturels. Richoufftz irait dans le même sens; s'il fournit la date du mariage, c'est qu'il se réfère au père Anselme, mais ses enquêtes ne lui pas permis d'en retrouver l'acte. Un fils

  1.  Charles de Créquy-Saucourt, qui suit

 XIV.- Charles de Créquy

             Il fut seigneur de Saucourt, de Bouvincourt (une terre possédée jadis par un Créquy), de Nesles en partie et on signale qu'il fut capitaine au régiment de Bellebrune en 1666. Il testa le 14 juillet 1677. Il épousa, par contrat du 25 janvier 1650, Marie de Villers-Gloriant, puis par contrat du 28 avril 1694 (Archives Grosriez) Marie-Françoise Maurain de Pardaillan, fille de François et de Madeleine de Maillefeu. Cette dernière vivait encore en 1716 (Archives Grosriez).

Enfants (du premier mariage)

  1. Robert de Créquy, qui suit

  2. Pierre de Créquy, seigneur d'Oberval. Il fut marié le 16 janvier 1697 à Louise-Françoise de Dixmude, fille de Philippe, seigneur de Badhuit, en Artois et d'Isabelle de Rocourt

  3. Charles de Créquy, dit le Jeune, seigneur de Saucourt, capitaine au Régiment de Solre-Infanterie, marié le 16 avril 1697, en l'église de Behen, à Elisabeth Maurin de Pardaillan, sa belle-soeur. Il mourut sans postérité légitime, mais il se peut qu'il ait eu une fille naturelle. Richofftz signale que le 13 février 1726, le curé de Frettemeule, baptisa sous les prénoms de Marie-Anne une petite-fille d'environ trois semaines, qui avait été donnée à nourrir à Jeanne Dupont, avec un billet portant engagement de payer les dépenses et que c'était un enfant naturel de Charles de Créquy et dont la mère était Marie-Thérèse de Feriolles de Créquy (Darsy, Histoire de Gamaches, p 139)

  4. -           Marie-Madeleine de Créquy

XV.- Robert (alias Louis) de Créquy

             Il fut seigneur de Vaugicourt et servit pendant vingt-deux ans dans le Régiment de la Couronne et dans les chevau-légers de la garde du Roi où il atteint le grade de sous-brigadier. Il fut tué à la bataille de Nerwindeen le 30 juillet 1693. Il épousa tout d'abord, part contrat du 11 novembre 1682, Catherine-Jeanne de Créquy, fille de François, seigneur de Frohans et de Bonne de Créquy-Langles, union demeurée stérile. Sa seconde épouse fut (contrat du 13 octobre 1685 et mariage en l'église de Behen le 24 novembre) Jeanne-Charlotte Maurin de Pardaillan, fille de François, seigneur de Pardaillan, d'Aulnoy, de Saint-Riquier et de Madeleine de Mailefeu.

 

  1. Jean-Antoine-Léonor de Créquy, né le 5 octobre 1684 à Behen, baptisé le 24 novembre, qui fut lieutenant dans les gardes wallonnes du Roi d'Espagne et mourut sans alliance.

  2. Charles-Augustin de Créquy, qui suit

  3. Louis-Jean-François de Créquy, lieutenant dans les gardes wallonnes du roi d'Espagne, mort au commencement de l'année 1731, sans avoir été marié.

  4. Marie-Charlotte de Créquy, née vers 1686. Elle fut reçue aux demoiselles de Saint-Cyr en 1694 et se maria, en l'église de Behen, le 21 mai 1712 à Jean-François de Jouvenot, chevalier, seigneur de Mainneville, fils de René-Hyppolite et de Catherine de Maurin de Pardaillan. Décidément on tourne dans les mêmes familles.

  5. Marie-Thérèse-Victoire de Créquy, née en 1691, reçue également à Saint-Cyr. Elle fut marié en l'église de Behen le 22 novembre 1713 à François de Crény de Boafle, fils de Jacques, alors décédé; et de Marie Houet, de la paroisse de Boafle, dans le diocèse de Rouen

 XVI.- Charles-Augustin de Créquy

             Il fut marquis de Créquy, seigneur d'Aulnoy, de Vaugicourt, des Alleux, vicomte de Langles en 1721, à la mort d'Antoine-Léonor. Il suit carrière militaire, comme major au Régiment de Berry-cavalerie, puis mestre-de-camp de cavalerie, chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis. Il testa, chez Me de Cayeux, notaire à Oisemont, le 18 avril 1734. Il mourut le 20 juillet 1743 et fut inhumé dans l'église paroissiale de Strasbourg, en Bavière (sic).

             Il épousa en la paroisse Notre-Dame du Châtel d'Abbeville le 20 octobre 1728 (contrat du 17 passé chez Me des Robert, notaire au dit lieu) Marie-Jeanne Liaut, fille de Nicolas, sieur de Séronville et d'Anne Lerminier de Belleval. Devenue veuve, Marie-Jeanne continua d'habiter le château des Alleux, où elle mourut le 26 novembre 1761.